Adèle Vallée

Adèle Valée - Architecte

Architecte

Adèle est architecte, salariée de l’agence Gamelon Viallet Architecte.

 

D’où vient ta vocation et comment tu t’es formée ?

J’ai choisi ce métier parce qu’il concilie des aspects artistiques et scientifiques. Après mes études d’architecte à Paris, j’ai voyagé. J’ai fait un an d’Erasmus en Ecosse, et j’ai vécu deux ans à Fort de France. En rentrant en métropole avec mon copain, on s’est installé dans les Bouches du Rhône. J’ai alterné salariat et freelance, pour des agences de différentes tailles.

Comment as-tu vécu ton expérience de freelance ?

J’aimais bien être indépendante car je travaillais pour des petites structures, et j’étais très libre. J’ai continué à exercer en freelance lorsque je me suis installée en Savoie en 2015. J’ai adopté alors le portage salarial. Je travaillais sur des missions ponctuelles, ce qui m’a permis de rencontrer beaucoup d’acteurs. Mais à un moment, j’ai eu envie de m’investir dans une agence. Marie Gamelon m’a proposée de m’accompagner pour passer ma HMONP, c’est-à-dire, l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre. C’est nécessaire pour s’inscrire à l’ordre des architectes. Cela a permis à l’agence de m’embaucher plus facilement, et moi de suivre des cours à l’école d’architecture de Saint Etienne pendant un an. Une fois diplômée, je suis restée à l’agence.

Sur quel type de chantier tu interviens ?

C’est très vaste ! J’accompagne des particuliers en rénovation ou construction neuve, en maison ou en appartement, en résidence principale ou secondaire… Mais aussi des collectivités pour des petits équipements publics. Nous faisons beaucoup d’interventions sur l’existant. A mon sens, c’est plus intéressant d’exploiter ce qui existe déjà que de créer des bâtiments neufs…

Tu as donc suivi la naissance de la Kaftièr !

Effectivement, j’ai suivi le projet avec les deux cogérantes. C’était passionnant de voir l’énergie qui a permis de le mener à bien. En tant que salariée d’une petite structure, c’est super d’avoir autour de soi toute cette animation, ses rencontres, cette convivialité… Et bien sûr, je profite d’un espace qualitatif qu’une petite entreprise ne pourrait pas se permettre ! C’est très agréable. Ces conditions de travail sont vraiment dynamisantes.

Et ton café, tu l’aimes comment ?

Bien serré ! Je suis plutôt expresso en terrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *